Espace privé
Vue de l'exposition
Espace privé
Vue de l'exposition
Espace privé
Vue de l'exposition
Espace privé
Vue de l'exposition
Espace privé
Vue de l'exposition
Poupée 2, 1963
Pierre MOLINIER
Poupée 2, 1963
Tirage argentique d'époque
Image : 30,3 x 22,1 cm
Encadrement : 51 x 41 cm
Pièce unique
Pose 8, 24 avril 1972
Marcel BASCOULARD
Pose 8, 24 avril 1972
Tirage argentique
Papier : 13 x 8,9 cm
Pièce unique
Non signé
Sans titre, 1950 - 1980
Miroslav TICHY
Sans titre, 1950 - 1980
Tirage argentique collé sur carton peint
Image : 24 x 18 cm
Pièce unique
Sans titre, 1950 - 1980
Miroslav TICHY
Sans titre, 1950 - 1980
Tirage argentique, feutre sur papier
Image : 25,8 x 19,9 cm
Pièce unique
Sans Titre, 1950 - 1980
Miroslav TICHY
Sans Titre, 1950 - 1980
Tirage argentique
Image : 29,6 x 24,1 cm
Pièce unique
Féminin Pluriel est Triste, 1967
Pierre MOLINIER
Féminin Pluriel est Triste, 1967
Tirage argentique d'époque
Image : 14 x 18,9 cm
Pièce unique
Non signé


« On a voulu me faire passer pour libertin, alcoolique, toxicomane, névrosé, surréaliste, déséquilibré, pédéraste, séducteur de petites filles ... »
Hans Bellmer

A l?occasion de Paris Photo, la Galerie Christophe Gaillard présente l?exposition Espace Privé.
Réunis autour du livre de Hans Bellmer Die Puppe de 1966, les oeuvres photographiques de Hans Bellmer, Pierre Molinier, Robert Heinecken, Édouard Levé, Cindy Sherman, Marcel Bascoulard ou encore Luciano Castelli ici rassemblées ont pour point commun de semer le trouble, d?explorer le scabreux. Contraindre les corps afin qu?ils épousent et obéissent au fantasmes. L?arbitraire du désir. Les corps se plient et se déplient. Se coupent et se découpent. La théorie de la jointure à boule, à partir de laquelle Bellmer construit sa poupée, a trouvé ses continuateurs.  
« Pour que telle poupée pleine de contenus affectifs mais suspecte de n?être que représentation et réalité fictive, aille trouver dans le monde extérieur, dans le choc des rencontres, les preuves certaines de son existence ... »
Texte de Hans Bellmer rédigé pour le catalogue de l?Exposition internationale du surréalisme de 1947.

En 1955 Breton écrivait à Molinier :
«Vous êtes aujourd?hui le maitre du vertige. Vos photographies ne laissent d?ailleurs aucun doute sur votre aspiration en ce sens et il me paraît difficile de porter le trouble plus loin. Elles sont aussi belles que scandaleuses. Vos oeuvres procurent un frisson sans cesse renouvelé et cela me donne toute la mesure de leur pouvoir magique. J?aime votre climat brûlant et déchirant ».
Cette phrase pourrait s?appliquer à tous les artistes présentés ici.