L'état de nature
Vue de l'exposition
L'état de nature
Vue de l'exposition
L'état de nature
Vue de l'exposition
L'état de nature
Vue de l'exposition
L'état de nature
Vue de l'exposition
L'état de nature
Vue de l'exposition
Déchiré profond, 1972
Pierre TAL COAT
Déchiré profond, 1972
Huile sur toile
73 x 92 cm
Pièce unique
Signé
Sans titre, 1980
Pierre TAL COAT
Sans titre, 1980
Aquarelle sur papier
35 x 25 cm
Pièce unique
Signé
Sans titre, 1976-1979
Pierre TAL COAT
Sans titre, 1976-1979
Huile sur contreplaqué
11,5 x 21 cm
Pièce unique
Signé
Sans titre, 1969
Pierre TAL COAT
Sans titre, 1969
Huile sur couvercle de boîte de tubes de couleurs
23 x 7 x 4,5 cm
Pièce unique
Non signé
Sans titre, 1982-1983
Pierre TAL COAT
Sans titre, 1982-1983
Huile sur couvercle de boîte à cigares
19 x 23 x 1,5 cm
Pièce unique
Non signé
Sans titre, 1976-1979
Pierre TAL COAT
Sans titre, 1976-1979
Huile sur couvercle de boîte à cigares
11 x 15 cm cm
Pièce unique
Non signé
Sans titre, circa 1970-1976
Toni GRAND
Sans titre, circa 1970-1976
Bois et écorces collés
77 x 20 x 7 cm
Pièce unique
Non signé
Sans titre, circa 1970-1976
Toni GRAND
Sans titre, circa 1970-1976
Bois collés, écorces, peinture
90 x 10 x 6 cm
Pièce unique
Non signé
Sans titre, 1975
Toni GRAND
Sans titre, 1975
Bois et écorces collés
48 x 18 x 4 cm
Pièce unique
Non signé
Sans titre, circa 1970-1976
Toni GRAND
Sans titre, circa 1970-1976
Bois collés, peinture
88 x 13 x 4 cm
Pièce unique
Non signé

L'état de nature

06.06.2017 - 29.07.2017

Front space

Télécharger le communiqué de presse de l'exposition


"La présence de l'homme dans la nature et/ou dans la peinture ne peut être mieux exprimée. Le paysage s'humanise sans conflit : l'homme ou la femme ne le modifie pas en y imposant l'architecture de ses formes..."
Jean-Pascal Léger
 
 
Lorsque récemment, dans une même conversation, les noms de Pierre Tal Coat et Toni Grand furent cités, soudain résonnèrent en moi comme les harmoniques d'un même accord. Comme si de deux notes jouées ensemble, s’échappait le lointain écho d'une même chose sue et tue à la fois. Comme si une même vision « sympathique » du monde et de la nature préexistait à la source de leurs travaux respectifs. Henri Maldiney d’ailleurs au sujet de Tal Coat parle d’une « relation fondamentale de Tal Coat avec l'univers (qui) n'est pas agressivité mais sympathique ». Comme on le dit des cordes sympathiques, celles sur lesquelles on n'exerce aucune action, mais qui entrent en vibrations par simple résonance — par sympathie — due à la seule proximité des cordes jouées. L’œuvre de Toni Grand est du même ordre. Confrontées l’une à l’autre, ces œuvres s’enrichissent de ce même rapport.
 
Chez Tal Coat comme chez Toni Grand, toute chose destinée à l'oubli doit être retenue, gardée mais avec le même souci de ne jamais sur-charger ce qui ne s'impose pas. Un même rapport au silence aussi, condition première de l’accès. Expérience formelle d'une commémoration, d’une permanence. Survivance de la chose souvenue. Chez le sculpteur et chez le peintre-dessinateur, il s’agit de faire naître la forme contenue, la laisser apparaître plutôt que la mettre à jour. Rendre visible un "invisible là" (cf. Maldiney).

Share to Facebook Share to Tumblr Share to Twitter